Nous appeler
skip to Main Content
CONTACT COMMERCIAL : +33 1 84 14 63 03
Développer Les Bornes De Recharge à Domicile

Développer les bornes de recharge à domicile

Dans l’Hexagone, on compte environ 23.000 prises publiques. Mais les bornes de recharge peinent à rentrer dans les copropriétés.

C’est la condition nécessaire mais non suffisante à l’essor de la voiture électrique. Sans réseau de recharge adéquat, la grande transformation du parc automobile vers le zéro émission restera un voeu pieux –  ce qui inquiète les constructeurs automobiles lancés dans l’électrification de leur offre à marche forcée.  Pour l’instant, la situation est loin d’être catastrophique en France, même si quelques manques restent patents.

Avec 22.308 bornes accessibles à tous, réparties sur 8.320 stations ouvertes au public, l’Hexagone comptait au 1erjanvier un point de recharge accessibles à tous pour 5,7 véhicules électriques en circulation (et 6,8 en comptant les voitures hybrides rechargeables). Un niveau plus que correct qui évite tout « embouteillage à la borne », sachant que la recommandation européenne est d’un point de recharge pour dix véhicules. « Le taux est satisfaisant. L’enjeu, c’est plutôt la répartition géographique », constate Marie Castelli, la secrétaire générale de l’Association nationale pour le développement de la mobilité électrique.

« Globalement, nous sommes plutôt bien lotis », estime Eric Muret, le responsable du sujet chez ABB France. Reste qu’il demeure, dit-il, des points noirs à surmonter.

Le premier ? La puissance des bornes. « Nous n’avons pas encore assez de points de recharge rapides », affirme Eric Muret. « C’est l’un des obstacles pour les clients, avec le prix et l’autonomie des véhicules », relève Laurent Petizon, chez Alix Partners. Au début de l’année, on recensait 641 stations publiques dotées de bornes d’une puissance supérieure à 40 kilowatts. Parmi elles, les 200 installations du réseau Corri-Door (Sodetrel), installées tous les 80 kilomètres le long des autoroutes, qui permettent de charger sa voiture en une petite demi-heure.

 

 

La question de la maintenance

« Il y a une prise de conscience sur ce sujet. Même si les modèles économiques sont encore en rodage, les choses devraient être prêtes pour l’arrivée des gammes électriques complètes des constructeurs, d’ici deux ou trois ans », juge Eric Muret. Pour rappel, l’installation d’une borne rapide coûte environ 80.000 euros en ce moment, deux fois plus qu’une station charge lente. Il peut même atteindre plusieurs centaines de milliers d’euros, sur autoroute, si les coûts de raccordements sont élevés.

« Le challenge, c’est aussi la qualité de fonctionnement, et la maintenance de ces bornes publiques. Les acteurs sont éclatés, pour nous c’est un vrai sujet de préoccupation », confie Eric Feunteun, le directeur du programme électrique de Renault.

L’autre grande carence relève de la recharge « privée ». On estime qu’il y a environ 58.000 points de recharge installés à domicile et 79.000 dans les entreprises. « La recharge publique, c’est pour l’occasionnel. Le travail et le domicile pèsent plus de 90 % des branchements ».

Back To Top
Nous contacter